• C'est de saison.

    Il y a des signes qui ne trompent pas: le nez rouge qui a doublé de volume, les yeux vitreux, la démarche lourde et traînante, les paquets de mouchoirs qui disparaissent aussi vite que le papier toilette un jour de gastro comme neige au soleil, les médicaments sortis de leur boîte et qui trônent sur la table du salon. Mais surtout la musique très variée des nez qui coulent, reniflent, mouchent, de la gorge qui râcle, de la toux sèche, de la toux grasse, de celle qui se répète jusqu'aux larmes. Musique naturelle qui s'accompagne de celle des remèdes: les pshiiits discrets des sprays pour la gorge ou le nez et (plus bruyant) les pleurs des enfants quand on leur lave le nez au sérum physiologique après leur avoir fait une prise de catch pour les maintenir dans la bonne position!

    Autre signe qui ne trompe pas: l'apparition d'un T-shirt. Laid le T-shirt. Mais bon la mode on s'en fout quand on a la crève, hein?

    Depuis plusieurs jours, Pépito, Nougatine et moi nous nous appliquons à faire un concert de nos éternuements, mouchage de nez, toussotements et autres bruits réalisés grâce à nos gorges et nez malades. Cela fait donc une grosse semaine que seul Papa Moo n'est pas malade. C'est l'élément sain de la famille.

    Comme ce n'est pas juste qu'on soit tous dans un sale état et qu'on partage tout quand on s'aime (et on s'aime beaucoup chez nous) il est rapidement devenu l'homme à abattre contaminer. Pour arriver à nos fins, nous avions des stratégies différentes:

    Celle de Nougatine, pas encore très au point mais on ne peut pas lui en vouloir la pauvre, c'est son premier rhume donc elle apprend: pour le moment elle se contente de lui tousser au nez quand il la met sur son épaule pour la faire digérer.

    Celle de Pépito, pas discrète pour un sou mais vraiment efficace: tousser sans mettre la main devant la bouche et ainsi envoyer généreusement tous ses microbes à ses voisins.

    La mienne, un peu plus subtile mais assez efficace aussi je pense: un bisou par-ci, un bisou par-là. Le partage des microbes au nom de notre amour quoi!

    Et ça y est! Après une dizaine de jours, il est apparu: le T-shirt du malade!

    En effet, Papa Moo a un moyen assez visuel de me montrer que c'est pas la grande forme: il s'agit d'un T-shirt qu'il doit avoir depuis qu'il a 15 ans (il est sentimental Papa Moo) et qu'il ne met que lorsqu'il est très très très très malade. Ce T-shirt, noir et jaune, inspiré du costume de taulard des Dalton sans doute, indique que Papa Moo est condamné. Qu'il a été vaincu par le mal, obligé de capituler face à l'attaque des microbes. Et aujourd'hui, après des jours et des jours de partage microbien intensif de notre amour pour notre mari et père, il rend enfin les armes et plonge lui aussi sa main dans les paquets de mouchoirs.

    Hourra! Vive nous! On a gagné et à présent nous pouvons chanter:

    Je suis malade.

    Papa Moo, tu es malade.

    Pépito est malade.

    Nougatine est malade.

    Papa Moo et moi sommes malades.

    Et vous? Vous êtes malades?

    Tous mes amours sont malades.

     

    Maintenant, il faut guérir. Ce serait bien au bout de 10 jours...


  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Février 2014 à 07:36

    Bon courage alors! Et pas de bisous cette fois!

     

    2
    Jeudi 20 Février 2014 à 10:56

    Non, il vaut mieux car nous sommes tous contagieux! Mais les bisous virtuels sont possibles!

    3
    Papa Moo
    Jeudi 20 Février 2014 à 20:16
    T'es qu'une chochotte Ricola ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :