• Dans ma bulle

    Ca fait plus d'un mois que je ne suis pas venue vous raconter ma vie de maman. Ce n'est pas qu'on a été sur pause Papa Moo, moi et les enfants. Non, bien au contraire. Comme vous c'était la rentrée des enfants, un rythme à retrouver (vive les nouveaux rythmes scolaires!), leur fatigue à supporter gérer, le "à partir de 18h c'est la course" pour les conduire à aller se coucher après s'être baignés, avoir mangé, s'être brossé les dents, le câlin après la petite lecture et enfin le bisou.

    Enfin chez moi c'est comme ça, moi la prof qui fini en même temps que son fils car elle travaille dans son école. Oui, je sais vous me détester. J'en profite d'ailleurs pour vous tirer mon chapeau car pour vous cette course commence plus tardivement avec des loulous encore plus fatigués et fatigants (ça va toujours avec).

    Alors, pourquoi avec tout ce confort au niveau des horaires je ne suis pas venue vous faire part de la rentrée de mon Pépito et de celle de ma Nougatine qui a commencé à aller chez sa nounou? Et bien parce qu'après 2 mois de vacances il fallait reprendre le rythme (les nouveaux rythmes scolaires qui me font finir à 16h). Oui, je sais vous me détestez, vous avez envie de fermer la page. Non, non, ne faites pas ça. Je sais bien que je ne suis pas à plaindre loin de là. J'ai juste repris le rythme effectivement et comme à mon habitude j'ai voulu faire le mieux possible. Le meilleur en fait. C'est que cette année, j'ai une classe à moi, je ne suis pas remplaçante, j'ai ma classe à l'année. Un niveau que je ne connais pas: la grande section de maternelle. Et j'ai voulu et je veux toujours le meilleur pour mes élèves. Et il faut bien reconnaître que si j'ai été si longtemps absente c'est parce que outre le fait de vouloir être la maîtresse parfaite (la modestie est mon credo) j'étais susceptible d'être inspectée et là ça demande deux fois plus de boulot car il faut justifier de tout ce que l'on fait en classe. Alors la remise en route n'était pas évidente et ce n'était pas facile de venir écrire un petit mot. Mais ça y est, l'inspection est passée et le rythme dans ma classe s'installe peu à peu j'ai donc plus de temps. Ma bulle de travail s'effrite petit à petit pour être juste celle nécessaire pour bien bosser mais être aussi suffisamment disponible pour ma petite famille et moi aussi.

    Bon, ça c'était pour moi et pour expliquer mon absence. Mais mes enfants? J'avais pris l'habitude de vous raconter ce qu'ils avaient vécu durant le mois passé alors je recommence.

    Mon Pépito a donc repris le chemin de l'école avec sa maman qu'il retrouve dans l'école donc forcément ça va. Il est dans la classe d'une de mes collègue qui a le même projet de classe que moi: Le tour du monde! Ma classe est en ce moment en Afrique et celle de Pépito est en Espagne ce qu'il fait qu'il me dit "Buenos dias" et "hasta luego"! Il nous parle aussi des castagnettes et nous fait une choré de flamenco! C'est rigolo. Depuis quelques jours, sa maîtresse les emmène en Finlande. J'attends de voir ce que ça va donner. Vous savez comment on dit bonjour là-bas?

    C'est ma petite Nougatine qui a beaucoup changé. Forcément, elle a beaucoup grandit en un mois. Elle nous a fait le grand plaisir de s'asseoir pour la première fois devant nous trois! Un vrai triomphe! Maintenant on est sur le coup pour la prochaine étape: le quatre pattes. Elle rit vraiment, elle s'éclate et le fait savoir, elle a bien son petit caractère, très affirmé. Et puis, ça y est, nous y sommes, elle entame la crise des 9 mois. Je prie pour qu'elle ne fasse pas comme Pépito qui les a toutes faites. Vous saviez qu'il y a celle des 4 mois, des 9 mois, des 12 mois, des 18 mois et puis après il n'y a plus de crise. Enfin, c'est juste qu'on utilise plus ce mot qui est donné aux étapes difficiles comme celle de l'affirmation de soi, celle très sympa du "non" ou celle de la propreté. Pépito a fait carton plein. Pour le moment, Nougatine a râté celle des 4 mois et on ne s'en plaint pas. Elle entre dans celle des 9 mois mais pas franchement. Certains jours je n'ai pas le droit de disparaître de son regard sinon elle pleure. Dès qu'elle me revoit c'est bon, elle s'arrête aussitôt. Et d'autres jours, aucune alarme en vue, je peux faire tout ce qui doit être fait dans la maison sans avoir à jouer à cache-cache pour arrêter les pleurs.

    Voilà, vous savez tout. Je me suis rattrapée. On se dit à bientôt? Un "à bientôt" pas d'un mois d'absence.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :