• La préparation à l'accouchement: la classique

    Depuis deux semaines, je suis des cours de préparation à l'accouchement. Cette fois-ci, je suis une préparation classique et dès le premier cours j'ai pu faire le constat de l'étendue de mes lacunes. Je suis donc très contente de les combler et je me dis que les choses devraient d'autant mieux se passer le jour J vu que j'aurai suivi une préparation digne de ce nom. Bref, ça me rassure beaucoup.

    J'ai appris durant le premier cours une info qui m'a beaucoup surprise: seulement 30% des femmes enceintes suivent une préparation à l'accouchement. Les autres (donc la très grande majorité) arrivent comme des fleurs (enfin faut voir la tête des fleurs sous l'effet des contractions...) à la maternité. Je trouve ces chiffres hallucinants et je tiens à faire la pub pour la préparation à l'accouchement.

    C'est juste essentiel et il ne faut pas s'en passer. Alors oui, on a la chance d'avoir recours à la péridurale et c'est magique mais pour tout un tas de raison (on ne peut pas nous poser la péridurale dans tous les cas, apprendre comment se positionner et respirer pendant les contractions, savoir ce qui se passe en nous avant - pendant - après l'accouchement, connaître un peu les instruments et les procédures utilisées par le corps médical....) il faut suivre une préparation. Personnellement, pour la naissance de Pépito je suis arrivée à la maternité et là j'ai découvert à quel point j'étais mal informée, et malgré le fait que je fasse totalement confiance aux sages femmes et aux médecins je me suis sentie vraiment perdue. Et je n'ai pas aimé ça du tout dans ce moment douloureux et intense. Durant ce premier cours, j'ai eu la sensation de faire partie des 70%  de femmes qui n'avaient pas suivi de préparation (Maman Pilou en mode fleur!).

    En plus d'apprendre plein de choses utiles on peut poser toutes les questions qui nous préoccupent à la sage femme. Ces cours sont remboursés à 100% par la sécu. Il y a 8 séances qui commencent un peu plus tard que lors d'une préparation à l'accouchement basée sur l'haptonomie. Elles débutent à 6 mois. C'est largement assez pour être prête le jour J.

    Et on rencontre d'autres futures mamans et c'est sympa de discuter avec elles de ce que nous vivons et de ce qui nous fait peur. J'aime beaucoup ces cours durant lesquels j'apprends plein de choses et durant lesquels je ris pas mal. Bref, il n'y a aucune raison de s'en passer! Je regrette que Papa Moo ne puisse y assister d'ailleurs. Pour qu'il rit aussi et surtout pour qu'il pose ses propres questions. Car après ce premier accouchement je pense qu'il en a quelques-unes.

    Et oui, on peut rire même en parlant de l'accouchement, de la douleur, des contractions, de forceps et d'épisiotomie. C'est vrai que cette fois, j'ai la chance d'avoir une sage femme qui nous parle de tout, et dans le détail, et tout ça tout en détendant l'atmosphère.

    Mais, outre le fait de bien rigoler, le principal est d'être bien renseignée. Jusqu'ici, pour moi, cette sage femme a tout bon vu qu'elle a même réussi à m'éclairer sur mon premier accouchement. J'ai ainsi compris que j'avais cumulé les difficultés. Je suis sûre que si j'avais suivi cette préparation pour la naissance de Pépito j'aurai moins mal vécu ce moment. Et ça change tout! Bon, ok, niveau douleur, je peux pas dire si ça change tout. Mais il paraît que quand on nous explique pourquoi on a mal, on arrive à mieux gérer la douleur.

    Je vous dis ça après la naissance de la petite crevette, hein? Maintenant que je suis bien au courant... Hum, hum, dit la douillette de service...

    Enfin, dans tous les cas je trouve cette préparation classique indispensable car elle parle de toute la mécanique d'un accouchement. On nous montre ce qui se passe dans le corps de la maman, les réactions du bébé, les différentes étapes, on nous explique ce qui est douloureux et ce qui ne l'est pas (la péridurale entre autre... ça ne fait pas mal, c'est un mythe: et c'est la douillette en chef qui vous le dit). Alors, je garde à l'esprit ma première préparation à l'accouchement (l'haptonomie) qui était beaucoup plus basée sur la sensibilité, et je ne dis pas qu'il ne faut pas la suivre. Je pense juste qu'il faut l'allier à une préparation classique qui va nous éclairer sur tout le déroulement de l'accouchement.

    Et d'ailleurs on ne parle pas que de ça! Je me suis renseignée auprès de mes amies et le déroulement des séances varie en fonction des sages femmes. Mais en gros, durant ces huit séances on évoque:

    - les maux de la grossesse, l'hygiène alimentaire pendant la grossesse

    - la reconnaissance des contractions: celles douloureuses qui annoncent le travail mais aussi celles qu'on peut ressentir durant la grossesse et qui n'annoncent pas l'arrivée de bébé.

    - tout ce qui concerne le travail: les signes du début du travail (+ savoir quoi faire en fonction de ces signes), le déroulement du travail (combien de temps ça doit durer en moyenne et pourquoi c'est plus long d'une femme à une autre), la péridurale, la césarienne. Et surtout les différentes positions à effectuer lors des contractions qui aident à la descente du bébé et qui "aident" la maman dans cette situation, tout ça en alliant la respiration. On les expérimente pendant le cours pour mieux s'entraîner à la maison et surtout réinvestir le jour J.

    - tout ce qui concerne l'expulsion et la surveillance de la maman et du bébé.

    - Et le plus réjouissant: l'accueil de notre petite merveille, les soins qu'on doit lui donner, l'allaitement, le séjour du bébé et de la maman à la maternité (les soins qui seront donnés aux deux, ainsi que la surveillance médicale).

    - Et pour finir le retour à la maison.

    Donc, voilà, j'accouche dans près de deux mois et je sens que cette fois je suis parée. Youpi!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :