• Les "Pourquoi?"

    Pourquoi ci? Pourquoi ça?

    Il y a un âge où les enfants se posent beaucoup trop de questions existentielles ou pas. C'est bien, ils s'interrogent sur le monde qui les entoure, ils réfléchissent... Mais surtout ils attendent des réponses. C'est une période riche en interaction avec son enfant mais qui peut devenir difficile à gérer quand les pourquoi s'enchaînent à raison de 2 ou 3 pourquoi à la minute (pas épuisant du tout...). Et là, faut suivre!

    Mais à quoi ressemblent les pourquoi? et comment y faire face répondre? En voici une petite liste:

    - Il y a le pourquoi compliqué. Compliqué car la réponse n'est parfois même pas connue par l'adulte ou alors elle est difficilement compréhensible pour l'enfant. Du coup, on risque fort d'enchaîner avec un autre pourquoi, puis un autre, puis un autre... Bref, c'est un piège dans lequel il ne faut pas tomber.

    Ex: "Maman, pourquoi le ciel il est bleu?"

    Si vous connaissez la réponse et que vous tentez d'y répondre il vaut mieux que la réponse soit simple, sinon vous savez ce qui vous attend. Mais pour stopper l'avalanche de pourquoi vers laquelle vous vous dirigez vous pouvez couper court par un bon "C'est comme ça!" Si vous ne connaissez pas la réponse je vous recommande la franchise. Répondez "Je ne sais pas. On demandera à papa. Il sait tout lui!" Vous flatterez ainsi l'égo du papa et vous vous débarrasserez du pourquoi en même temps. Double effet Kiss Cool!

    - Il y a le pourquoi agaçant.

    Ex: "Maman, pourquoi t'as pas fait le ménage?"

    Il convient alors de réfréner votre réponse agacée et de répondre calmement. Restez zen face à la remarque évidente et culpabilisante de votre petit ange. Dans ce cas-ci répondez: "Parce que je n'ai pas eu le temps, mon chéri. Je m'occupe de toi tu vois?"

    - Il y a le pourquoi répétitif: il peut être énoncé jusqu'à 253 fois si vous avez le culot de ne plus répondre.

    Ex: "Maman, pourquoi tu réponds pas?"

    Il se changera rapidement en "Mamaaaaaaaaaaaannnnnnn, pourquoiiiiiiiiiiiiiiiii tu réponds paaaaaaaaas?" et pourra même être ponctué de pleurs plus ou moins fourni à partir du 190 ème pourquoi. La réponse adaptée? Le silence: l'enfant finira bien par se lasser. Dans la guerre des nerfs vous êtes la plus forte! Autre réponse possible: "Parce queeeeeeeeeeeeee!!!!" énoncé sur le même ton que l'enfant. Mais autant vous dire que ce pourquoi est dangereux puisque le dialogue est rompu entre l'enfant et le parent et l'énervement grimpe progressivement. La vraie solution ce serai donc de répondre au pourquoi dès le début. Non, parce que dans la guerre des nerfs, pour de vrai, c'est pas vous qui serez gagnante!

    - Il y a le pourquoi gênant: c'est celui qui vous donne envie de disparaître six pieds sous terre.

    Ex: "Maman, pourquoi il sent pas bon le monsieur?" Pourquoi énoncé devant l'intéressé bien évidemment.

    Après être devenue rouge pivoine la réponse sera toujours gênée car on est un peu pris au dépourvu. "Hum hum... mais ça ne se dit pas ça mon petit monstre amour. Et puis ce n'est pas vrai enfin si, mais chut! Vous auriez pas une pelle, monsieur?"

    - Il y a le pourquoi petite forme: c'est celui qui se contente de la réponse donnée et n'enchaîne pas avec d'autres questions.

    Ex: "Pépito: Maman, pourquoi tu mets de la crème fraîche dans mes pâtes à carponara?

    Moi: Parce que c'est bon."

    En même temps, c'est une réponse qui ne se discute pas.

    - Il y a le pourquoi qui tourne en rond. Il s'agit en réalité d'une série de pourquoi qui reviennent sans cesse au premier pour reprendre la série de plus belle.

    Ex: "Pépito: Maman, pourquoi tu dis que t'es fatiguée?

    Moi: Parce que ta petite sœur a demandé à manger deux fois cette nuit donc il a fallu que je me lève pour lui donner son biberon.

    Pépito: Maman, pourquoi il a fallu lui donner son biberon?

    Moi: Parce qu'elle avait faim.

    Pépito: Maman, pourquoi t'as des traces bleues sous les yeux?

    Moi: Parce que je suis fatiguée."

    Et c'est reparti pour un tour. C'est un pourquoi fatigant. Il faut donc y couper court et proposer à l'enfant une activité, un jeu pour le faire passer à autre chose. Si ça ne marche pas, trouvez votre boîte de boule Quies et bouchez vous les oreilles!

    - Il y a le pourquoi décalé: c'est celui qu'on attendait pas (en même temps, je reconnais qu'il y en a beaucoup). Il n'est jamais à propos et du coup il nous surprend, comme celui de Pépito ce matin.

    Ex: "Maman, pourquoi papa c'est ton amoureux?"

    - Il y a le pourquoi bête: c'est celui qui horripile parce que franchement la réponse est évidente:

    Ex: "Maman, pourquoi elle doit manger la petite sœur?"

    Ben... je sais pas moi... sans doute parce qu'elle a faim!!!

    - Il y a le pourquoi opprimé: on le connaît tous.

    Ex: "Pourquoi mooooaaaaaaaaaaaa?"

    Souvent repris mentalement par les parents. C'est un pourquoi qui se satisfait rarement de la justification apportée par les parents et en réclame encore plus. Le risque c'est qu'il finisse en pourquoi qui tourne en rond, donc l'enfant devra se contenter d'un bon "Parce que..." Oui, je sais c'est un peu nul comme réponse mais face à une telle question on fait ce qu'on peut et surtout on va au plus court.

    - Il y a le pourquoi qui s'assure que la réponse n'a pas changé: c'est un pourquoi qui se répète régulièrement et qui est légèrement inquiet. Il ne se contente pas du "parce que" qui l'angoissera d'autant plus. Il faut donc y répondre avec patience et amour même si c'est la 458 ème fois que vous y répondez.

    Ex: "Pépito: Maman, pourquoi tu me fais des bisous?

    Moi: Mais parce que tu es mon Pépito chéri."

    Réponse ponctuée bien entendu d'un énorme câlin et d'une multitude de bisous. Moi, je l'aime bien ce pourquoi là, même s'il est répétitif.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :