• Mon grand

    Pépito est devenu grand frère il y a un mois.

    Il y a un mois, il n'a plus été le seul enfant, le seul qui avait toute notre attention. Son univers a été bouleversé.

    Il est content, même très content je pense (j'espère en fait), d'avoir une petite soeur. Il l'aime déjà très fort. Il aime lui faire des bisous, lui chanter des chansons, lui mettre de la musique, lui apporter sa tétine, être près d'elle. Il aime être son grand frère.

    Mais quand même c'est pas facile d'être ce grand frère. De ne plus être tout seul comme avant. De devoir partager (ah! le partage...) l'attention, le temps et... peut-être même l'amour de son papa et de sa maman. Qui sait?

    Alors, je lui explique que, oui, il doit partager mon attention et mon temps avec Nougatine. Mais mon amour, non. Il est resté tout entier. Comme avant. J'essaie de le rassurer. Je lui dit à quel point je l'aime, à quel point je suis fière de lui, à quel point il est important. J'espère qu'il comprend. Mais je sens bien depuis un mois qu'il a besoin de s'en assurer, d'attirer mon attention et celle de son papa, de prendre notre temps.

    Il n'a pas régressé comme on nous l'avait prédit. Tous les enfants sont différents et Pépito a plutôt fait le contraire. Il a fait des progrès. Mais on nous parlait aussi de changement dans le comportement (en plus de la crise des 3 ans). On nous avait dit qu'il nous testerait. Et bien, ça il le fait. Nous sommes en plein dedans. Il attire notre attire notre attention, notre temps et notre énergie, quitte à se faire disputer pour cela. Au moins, papa et maman s'occupent de lui.

    Et il y a aussi tous ces moments où il ne nous teste pas. Heureusement! Ces moments où il nous montre combien il est grand en faisant plein de choses dont certaines qu'on attendait pas. Il nous montre aussi combien il est petit. 3 ans c'est pas si grand que ça finalement. Tout cela à la fois.

    Nous traversons avec lui des hauts et des bas. Il vérifie ainsi qu'il est toujours aussi important qu'avant l'arrivée de cette jolie petite soeur qu'il aime mais... qui lui prend un peu (trop) ses parents. Quand même quel bouleversement!

    Alors je lui montre les limites avec son papa. Elles n'ont pas changé. Mais surtout on le câline, on l'embrasse, on l'entoure autant qu'on peut pour le rassurer. On essaie de lui faire passer ce cap, cette transformation qui s'est opérée sans son accord finalement. Parce que si ce n'est pas facile pour nous, pour lui non plus ce n'est pas facile d'être un grand frère.

    Du coup, je me demande si je ne vais pas lui faire faire une thérapie. Ben oui, c'est à la mode non? Je vais lui faire faire une bisouthérapie et j'espère que ça ira mieux.

    C'est mercredi!

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :